Quand la réalité virtuelle pousse à la dépression

Selon une étude scientifique, les utilisateurs de réalité virtuelle subissent un effet déprimant en revenant à la réalité.

Une réalité plus vrai que nature

C’est en utilisant régulièrement la réalité virtuelle qu’un artiste allemand s’est rendu compte qu’il se sentait déconnecté de la réalité lorsqu’il sortait de son expérience. En effet, lorsque Tobias van Schneider arrêtait de jouer, le  réel ne lui apparaissait pas comme aussi palpitant que ce qu’il avait pu découvrir via son univers virtuel.

virtual-reality-1898441_960_720

L’artiste allemand a donné un nom au sentiment de déception et de tristesse qui accompagnait le retour à la réalité, ne permettant pas de laisser de doute sur sa cause : la tristesse post-réalité-virtuelle.

Une étude sur la dissociation

Suite à ces premiers retours quelque peu surprenant, les scientifiques ont décidé de réaliser une étude scientifique sur une trentaine de personne.

D’après ceux-ci, « les résultats indiquent une augmentation de l’expérience dissociative (dépersonnalisation et déréalisation), incluant une sensation de présence dans la réalité objective moins forte, en conséquence d’une exposition à la réalité virtuelle « .

Les premiers résultats montrent aussi que la dissociation est plus élevée chez les personnes présentant déjà un certain degré de dissociation; ils auront beaucoup plus de mal à sortir de l’univers virtuel et pourraient se laisser absorber de façon plus ou moins dangereuse pour leur santé psychologique.

clouds-1845517_960_720

La réalité virtuelle : une technologie dangereuse ?

D’autres chercheurs allemands ont décidé de pousser plus loin les recherches avec comme principe que la réalité virtuelle pourrait s’avérer dangereuse pour l’utilisateur.

D’après Michael Madary et Thomas Metzinger l’utilisation de casques de réalité pourrait entrainer des symptômes associés au trouble de dépersonnalisation. Les utilisateurs seraient donc incapable de se sentir réel, ou de considérer leur vie comme réelle.

«  Notre inquiétude est que l’immersion à long terme pourrait abîmer les mécanismes neurologiques qui créent le sentiment de la réalité, le sentiment d’être en contact direct avec le monde et avec son propre corps. Les utilisateurs intensifs de la réalité virtuelle pourraient commencer à éprouver le monde réel et leurs corps réels comme manquant de réalité, ce qui ferait basculer leur sens de la réalité exclusivement du côté de l’environnement virtuel.  »

En attendant d’avoir assez de recul, il est surtout important de respecter l’age minimal du joueur : 13 ans. Les enfants présentent une fragilité psychologique qui ne leur permet pas d’accepter le casque de réalité virtuelle sans conséquence.

Leave a reply:

Your email address will not be published.