La question qui sauve un mariage

Selon une étude scientifique, la bienveillance et la gentillesse permettrait à un mariage de durer longtemps.
C’est en voyant le nombre de mariages puis de divorces, qu’un couple de psychologues, John et Julie Gottman, a décidé de tester des mariés dans leur routine afin de déterminer ce qui fait un bon et un mauvais mariage.

Des divorces et des réussites prévisibles

Pour réaliser cette étude le couple de psychologue a créé un laboratoire de l’amour pour y apporter 130 couples qui y restaient chacun une journée afin d’y faire les taches quotidiennes telles que le repas et le ménage.
En sortant du laboratoire de l’amour les couples étaient divisés en deux groupes : les masters ou les disasters, c’est à dire ceux qui étaient envisagés comme un bon ou comme un mauvais mariage à venir.

En les revoyant six ans plus tard, le couple de psychologue à pu voir que les prévisions étaient bonnes : les masters étaient totalement épanouis dans la vie de couple alors que les disasters étaient divorcés ou malheureux.

L’utilisation de la gentillesse et de la bienveillance pour réussir un mariage

Pour les deux psychologues c’est la présence de gentillesse et de bienveillance dans le couple qui le fait durer de façon positive. Les couples du groupe des masters ne cessaient de s’envoyer des signaux d’admiration et de gratitude.

« Tu connais la dernière » serait l’une des questions permettant à l’un des deux de s’intéresser aux gout de sa moitié afin de préserver la connexion entre eux.
En ne faisant pas attention à l’autre, en ne l’écoutant pas quand il parle, ou en ne se rendant pas compte que ce qu’il dit a de l’importance, le conjoint n’envoie pas seulement des signaux de fatigue ou de manque de temps mais des signaux beaucoup plus négatifs dans le temps.

argument

Des différences émotionnelles et physiques

En installant des électrodes sur certains couples, pendant le laboratoire de l’amour, les psychologues ont pu se rendre compte que les disasters montrait des éléments de stress physiologiquement égal à une bagarre, alors que les masters montraient uniquement de la passivité.

 

 

 

 

 

Leave a reply:

Your email address will not be published.